( 22 novembre, 2009 )

Jean-Claude Dreyfus: Un Saltimbanque raffiné

images13.jpeg
Nous le connaissons tous, au moins de nom ou de visage. Il fait partie de ces acteurs qui « marquent ». Qui peuvent même impressionner tant leurs prestations ont pu nous faire frissonner. Ce fut son cas, notamment dans le rôle du boucher du film « Delicatessen », ou dans la pièce « L’hygiène de l’assassin », d’Amélie Nothomb.
Dans la réalité, Jean-Claude Dreyfus est un homme délicieux. Taillé en armoire à glace, il joue de son physique, de sa voix, de son regard et semble perpétuellement s’amuser.
Dans son pied-à-terre parisien, il fait preuve d’une gentillesse et d’une… délicatesse infinies. Mieux encore: cet étonnant personnage au sourire moqueur et au regard énigmatique fait partie de ceux qui se donnent la peine de vous rappeler après la sortie d’un article, pour vous remercier. Ecrivant un petit mot ensuite pour vous envoyer ses voeux de bonne année… « amitieusement », comme il le dit si bien!
Ciel, un merveilleux OVNI!

- Le public vous connaît comme acteur, mais vous ne vous contentez pas de cette unique activité… Vous êtes en fait quelqu’un de très atypique.
C’est vrai, on peut dire cela. J’ai commencé comme illusionniste. Mon père avait une revue « Art et Sana », pour les personnes tuberculeuses. J’ai commencé là.
Puis je me suis produit au cabaret de la Grande Eugène pendant sept ans. J’ai fait l’Ecole du Spectacle, puis du théâtre, en Provence. Nous donnions même la parade dans les petits villages! En fait, j’ai tout fait de A à Z!

- Aujourd’hui, vous êtes acteur, mais vous chantez également.
Oui. J’ai beaucoup travaillé avec Armande Altaï, que le public a redécouverte grâce à la Staracademy. Mon ancien tour de chant s’appelait « De porc en port ». Un petit clin d’oeil à l’amour que je porte aux cochons. Le suivant s’intitulait: « Jean-Claude Dreyfus chante, en toute sobriété ». Mon dada, c’est la diversité. J’aime tourner, chanter, écrire, jouer au théâtre. J’aime bien la liberté…

- Une liberté qui vous a, jusqu’ici, découragé d’appartenir à une compagnie théâtrale. Vous avez même été jusqu’à refuser une place à la Comédie Française?
Parce que, là encore, j’aime pouvoir changer de théâtre, travailler avec d’autres personnes, garder ma liberté de choix. Mais, notez, il n’est pas exclu que j’accepte leur proposition à l’avenir. Simplement, pour le moment, je ne suis pas prêt.

- Vous êtes un homme abordable, généreux de votre temps. Quel regard portez-vous sur votre métier?
D’un côté, je pense que les acteurs sont tous un peu exhibitionnistes. L’exhibitionnisme des sentiments, de soi-même, le plaisir de ne pas être dans la vie de tout le monde. C’est un des côtés fascinants de cette profession. Je peux, au gré des rôles, être avocat, boucher… Je vis des bribes de vie par procuration…
D’un autre côté, on est au théâtre pour offrir des histoires qui vont vous faire rêver, qui vous apporteront des émotions.
Je joue pour le public. Mais pas n’importe comment. On ne doit pas lui proposer ce que nous pensons qu’il peut avoir besoin. Ce serait une énorme erreur.
Certaines chaînes de télévision vont au-devant d’un audimat. Le théâtre pas. Il propose un amalgame de plusieurs éléments: un auteur, des partenaires de scène, un texte…
Et les spectateurs choisissent de venir ou pas. J’aime les gens. Ils me servent dans tout ce que je fais. Leurs réactions doivent juste être un peu canalisées lorsque certains dépassent les limites.

- Comment ressentez-vous la critique?
Mal! Plus qu’être douloureux, c’est horriblement ennuyeux, car cela nous empêche d’avoir un très bon dossier de presse et, donc, de pouvoir assurer une bonne tournée avec une pièce si celle-ci a été éreintée par la critique.

- Vous avez beaucoup écrit sur le cochon, animal que vous aimez. Vous possédez d’ailleurs une collection sur ce thème de 4000 pièces.
Oui, au départ, mes amis m’en offraient en faisant référence à mon soi-disant caractère de cochon. Depuis, je me suis assagi, mais je me suis attaché à cet animal amitieux et sensible. Sa forme me touche. J’aimerais écrire un roman autour du cochon. J’en ai déjà quelques pages. Mais mon véritable plaisir serait d’écrire une autobiographique qui ne parlerait pas de moi…

(photo: Eric Bernier)

Pas de commentaires à “ Jean-Claude Dreyfus: Un Saltimbanque raffiné ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|