( 8 mars, 2010 )

Barnabé: une histoire de famille

images3.jpeg

Tout le monde ou presque connaît, en Suisse romande, le fameux Théâtre de Barnabé, à Servion, où de nombreux artistes devenus célèbres ont fait leurs premières armes. On en aime le clinquant, la fraîcheur et l’ambiance, mais, derrière cette atmosphère se cache une histoire de famille et la passion d’un homme, Jean-Claude Pasche, alias Barnabé. Meneur de Revue, amoureux d’opéra, il a voué sa vie au spectacle…

- Les bâtiments où est née l’histoire du Théâtre ne datent pas d’hier, et l’histoire de votre famille y est liée depuis fort longtemps...
D’après les premiers papiers, les premiers bâtiments datent de 1740. C’était l’ancienne auberge communale de Servion. Et les dépendances ont été construites vers 1840. Mon arrière-grand-père a acheté en 1865 dans le but d’y installer un restaurant doublé d’une exploitation agricole. Ce qu’il a fait.

- Avez-vous bien connu cette époque où les bâtiments de la famille n’avaient pas la même vocation que celle d’aujourd’hui?
Oui! J’ai travaillé jusqu’au début des année 1960 avec mon père sur l’exploitation agricole qui comptait quarante têtes de bétail. Vers 1963, les travaux pour la réfection de la route ont commencé, et l’exploitation a ensuité été arrêtée et déplacée plus loin. Les locaux de l’autre côté de la route ont été transformés. Le restaurant a été agrandi et doté de chambres pour pouvoir recoir la clientèle citadine qui découvrait la région.

- A l’époque déjà les lieux disposaient d’une salle de spectacle.
Tout à fait. Mon grand-père avait fait construire une première salle en 1920. Elle a servi à la commune, pour les soirées des sociétés locales. Et puis elle était l’une des étapes de la fameuse tournée du Père Chappi. Il passait dans les villages et diffusait les films de l’époque. La salle du grand-père a été rouverte en 1965.
- Quand le théâtre a-t-il commencé à accueillir un public plus large?
En mai 1965, nous avons décidé de fêter le centième anniversaire de l’acquisition des locaux par une fête qui a eu pas mal de succès. Nous avons renouvelé l’expérience l’année suivante avec la Fête du Printemps.

- Mais le déclencheur a été votre rencontre avec Jacques Béranger?
Oui. C’était l’ancien directeur du Théâtre municipal de Lausanne. Et il s’ennuyait un peu de sa Revue, qu’il avait reprise en 1936, et qui était devenue le grand événement culturelle de Suisse Romande. Elle avait un succès fou, était jouée cent fois. En 1967, il a installé sa Revue à Servion, et c’est là que l’aventure a réllement commencé.

- Est-il exact qu’à l’époque, votre théâtre est devenu le tremplin de beaucoup d’artistes devenus célèbres par la suite?
Absolument. Bernard Haller, Marie-Thérèse Porchet, pour ne citer qu’eux, ont fait leurs premières armes chez nous, comme beaucoup d’autres comédiens.

- Quand a été construit le théâtre tel qu’on le connaît aujourd’hui ?
La décision de le construire a été prise en 1977. J’en ai parlé à mon père, et nous sommes partis ensemble exposer le projet aux banquiers. Pendant les trois ans qu’ont duré les travaux, nous sommes partis avec la Revue sur les route de Suisse Romande. En 1980, nous avons inauguré le nouveau théâtre de 500 places… Ca a été un bonheur absolu, nous avons vécu dix années d’euphorie.

- Mais en 1994, c’est l’incendie…

Nous étions en réparation. Un ouvrier chargé de changer une vanne ne l’avait pas fait. Quand le feu s’est déclenché, sur la scène, il n’y avait pas une goutte d’eau dans la maison. Il y a eu pour trois millions de dégâts. Toute la tour de scène était inutilisable. Ca a été un coup dur…

- Vous avez reconstruit, et aujourd’hui, contre vents et marées, le Théâtre de Barnabé, devenu une véritable institution par-delà les frontières du canton, propose un programme toujours plus riche...
Avec Emmanuel Samatini, le nouveau directeur artistique, nous nous efforçons de proposer un programme varié et de qualité. Avec quelques dates importantes à l’horizon: en 2014 nous fêterons la 50e saison, en 2015 les 50 ans de l’aventure et en 2016 la 50e Revue.

Propos recueillis par Martine Bernier

Théâtre Barnabé, Route Cantonale 1077 Servion
Tél: +41 21 903 0 90

http://www.barnabe.ch/

1 Commentaire à “ Barnabé: une histoire de famille ” »

  1. pierre dit :

    bonjour jean claude j ai ete touché de ce qui t est arrivé , c est vraiment un mystere , nous avons discuté un jour sur l esoterisme , à l epoque j etais etudiant à renens pres lausanne , de toute façon tu as su remonter la pente suite à cet incendie de 1994 bisou , pierre l africain

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|