( 22 novembre, 2009 )

Michel Boujenah: Le Coeur en Provence

images12.jpeg
Dans l’appartement qu’il occupe avec sa famille à Paris, Michel Boujenah semble de passage. Son véritable « chez lui » se trouve à St Paul-de-Vence, loin du bruit de la ville. Entre ses films, ses spectacles et ses responsabilités de directeur du Festival de Ramatuelle, cet homme hypersensible promène sur le monde un regard un peu mélancolique doublé d’un humour à fleur de peau.

« Je vous offre un café? » La fatigue du décalage horaire a beau l’écraser, Michel Boujenah reste un homme du sud. Le sens de l’hospitalité fait partie de lui au même titre que le naturel et la chaleur humaine. Revenu l’avant-veille de Montréal, fêté par ses pairs pour ses 30 ans de carrière, il jette à son appartement un regard de survivant en lançant: « Vous vous rendez compte… hier, il y avait dix enfants ici pour une fête d’anniversaire! » Tout le charme de l’humoriste est dans ce regard à la fois amusé et vaguement perplexe. Son amour pour ses enfants, âgés de 8 et 10 ans, transparaît au détour de ses phrases. Tout comme ce goût des autres qu’il a utilisé pour créer les personnages attachants de ses spectacles. Ceux-ci sont épicés comme le sont ses souvenirs d’enfance, dont les racines sont plantées à Tunis où il a vécu ses premières années au bord de la mer. « Mes premiers souvenirs sont liés à l’odeur de la peinture bleue qu’il fallait souvent utiliser pour repeindre les volets et les portes abîmés par l’air marin. Les pigments de la peinture avaient un parfum particulier que j’adore. J’aimais aussi beaucoup celui de l’iode, les soirs d’été quand la mer remonte. Et puis, il y avait le jasmin, partout… J’en ai planté dix dans mon jardin, dans le sud de la France, en sachant parfaitement que tous ne survivraient pas. J’ai pu en sauver quatre, qui embaument.  »

Parfums d’enfance

De son enfance en Tunisie, le comédien parle avec une chaleur teintée de nostalgie. Il raconte comment, le matin, il partait chercher les beignets fraîchement cuits dans l’huile pour les ramener à son père avant qu’il ne parte au travail. Il parle de la douceur de vivre, puis du déchirement ressenti, alors qu’il avait 11 ans, lorsque, avec sa famille, il immigre en France. « Quand je vois ce qui se passe en Afrique, j’ai honte de dire que j’ai été malheureux en arrivant à Paris. Mais il n’y a pas de hiérarchie dans la douleur. Nous vivions à six dans deux pièces, mais, au moins, nous n’étions pas à la rue. J’étais en révolte totale contre cette situation. J’ai connu le racisme: j’étais un arabe de confession juive. J’ai beaucoup souffert, mais j’ai revendiqué mes racines, et cela m’a porté tout au long de ma carrière. »

Un havre en Provence

Aussitôt qu’il le peut, Michel Boujenah s’échappe avec les siens, vers sa maison de St-Paul-de -Vence, sur la Côte d’Azur. Il avoue ne pas aimer les villes, ne se sentir bien que dans la campagne, près de la mer « y compris la Manche, pourvu que ce soit la mer! ». Dès qu’il débarque dans sa maison de Provence, il retrouve un univers de liberté, pratique l’art de la sieste et… file à la pêche! Mais pas n’importe quelle pêche… « Je pratique la pêche en mer, avec mes copains. Ma spécialité, c’est la dorade. D’ailleurs, ma fille en a dessiné une que j’ai mise sous verre. Cette pêche, c’est une école de la patience. Nous partons de nuit, vers 18 ou 19 heures, nous posons nos lignes et nous attendons souvent très longtemps. Nous mangeons sur le bateau, nous discutons… Puis, quand il y a une touche, il faut être adroit. Le poisson peut se débattre, il faut le ramener tout en douceur. Je ne pêche que ce que je mange, et je remets toujours le reste à l’eau. »
Lorsqu’il parle de son jardin en Provence, Michel Boujenah a des étoiles dans les yeux. De ce terrain de 6000 m2, il cultive la moitié et laisse l’autre en paix. L’artiste voue une véritable passion aux arbres. En arrivant, le jardin ne contenait qu’un olivier et un figuier couché. Ils ont été rejoints par beaucoup d’autres, tous plantés de ses mains, sous le soleil du sud qui lui est si cher. Comme il le précise en souriant, si à Paris, il écrit, réalise ses films, monte ses spectacles, joue… à St Paul-de -Vence, il vit, tout simplement.

Nourriture sacrée

« La cuisine est pour moi la pièce maîtresse de la maison. La mienne est décorée avec les tableaux de mes enfants. Elle a une âme. Je fais très attention à ce que j’avale, mais j’adore bien manger et cuisiner. La nourriture, pour moi, c’est sacré. Par exemple, je déteste que l’on jette le pain. Chez moi, on l’embrassait avant de le manger. La nourriture tunisienne est composée de beaucoup de grillades, de salades, de couscous. Mais j’adore aussi la cuisine japonaise, chinoise, italienne, la fondue au fromage et… la raclette! »
Martine Bernier(printemps 2008)

( 22 novembre, 2009 )

Michel Boujenah: Toute la chaleur du Sud

images11.jpeg

Il a le regard bleu comme les eaux de la Méditerranée qu’il aime tant. Mais, surtout, il a cette sensibilité à fleur de peau qui fait de lui un écorché vif, atteint par les douleurs du monde. Rencontre avec un homme déraciné dont l’humour tendre et décapant, cohabite avec des failles et des douleurs avec lesquelles il apprend à vivre jour après jour. Un bel humain qu’il est difficile de regarder autrement qu’avec tendresse.

- Vos premiers souvenirs d’enfant, vous les avez à Tunis, où vous êtes né…
Oui, je me souviens du parfum du jasmin, de l’odeur de la peinture bleue utilisée pour repeindre les volets et les portes. Il fallait les repeindre souvent, au bord de la mer… Je me souviens aussi des beignets que j’allais chercher, le matin, avant que mon père ne parte travailler. Il était médecin et je ne le voyais que rarement.
- Enfant, vous avez été très malade…
J’avais une décalcification des deux épaules. J’ai dû me faire opérer plusieurs fois. J’étais réellement malade, mais je pense que quelque chose en moi s’arrangeait de cette maladie qui me permettait d’attirer sur moi l’intérêt de mon père.
- Comment avez-vous vécu votre arrivée en France, lorsque vous aviez 11 ans?
Très mal. Quand je vois ce qui se passe en Afrique, j’ai honte de le dire: après tout, nous n’étions pas à la rue. Mais il n’y a pas de hiérarchie dans la douleur. J’étais déraciné. Avec ma famille, nous nous retrouvions à vivre à six dans un appartement de deux pièces. J’étais très triste, en révolte totale contre tout cela. Comme j’étais Arabe de confession juive, ce n’était pas facile. J’ai connu le racisme, j’en ai beaucoup souffert.
- Quand les choses ont-elles commencé à s’améliorer?
Au bout de deux ans, j’ai eu un professeur de math qui portait presque le même nom que moi. Il était gentil avec moi, et je me suis senti un peu mieux. Mais je continuais à dire “eux” lorsque je parlais des Français… Je ne me sentais pas chez moi, pas intégré.
- Puis est venu le temps où vous avez revendiqué vos racines…
Oui. J’ai commencé à faire du théâtre. Vers 24 ans, j’ai décidé d’assumer ce que j’étais, et j’ai fait vivre des personnages à travers mes propres spectacles. Je me suis senti beaucoup mieux!
- Depuis trente ans, le public vous suit. Quelle relation avez-vous avec lui?
Mon rôle est de faire rire. Je vis dans le présent de la représentation avec les personnes venues me voir, et je donne beaucoup d’amour, de tendresse. Mais j’en reçois aussi énormémement. Les applaudissements, à la fin d’un spectacle, c’est toujours un moment profondément émouvant.
- Quel a été votre plus beau souvenir professionnel?
Le jour où j’ai joué la première représentation de mon premier spectacle “Albert”, en Tunisie. Et la dernière, à l’Olympia de mon autre spectacle, “Les Magnifiques”. Dans les deux cas, c’étaient des moments très forts…
- Avez-vous un regret?
Oui.. mais vous n’allez pas me croire! Je regrette de ne pas avoir été plus loin dans la pratique du tennis. J’étais très bon, mais mes problèmes de santé m’ont empêché de poursuivre. Je regrette aussi de ne pas avoir été pédopsychiatre. Et, surtout, je regrette le temps qui passe… J’aimerais que les journées comptent au minimum 92 heures!
- Vous avez un appartement à Paris, vous retournez souvent en Tunisie où vous êtes chez vous, mais, en France, votre coin de paradis se trouve à St Paul-de-Vence.
Je déteste Paris, les villes en général. J’ai besoin du calme de la campagne, j’adore la mer. Même la Manche, tiens, pourvu que ce soit la mer!
Le sud de la France me fait un bien fou. Je m’y sens beaucoup plus libre. Je retrouve mes marques: j’y fais la sieste, je vais pêcher en mer avec mes amis. Notez que je ne pêche que ce que je mange: le reste, je le remets à l’eau! J’aime ces heures passées entre copains, j’aime ma cuisine, là-bas. C’est la pièce maîtresse de la maison, elle a une âme, décorée avec les tableaux de mes enfants. Nous y passons tout notre temps. J’aime les arbres. Quand je suis arrivé là-bas, il n’y avait qu’un olivier et un figuier couché. J’ai planté tout le reste. Y compris le jasmin, pour retrouver le parfum de l’enfance.
- Vous préparez en ce moment un nouveau spectacle: “Enfin libre”. De quoi parlera-t-il?
Au bout de trente ans de carrière, j’ai aujourd’hui la liberté de faire ce que je veux. La liberté est une expression luxueuse… Ce spectacle parle des choses qui me préoccupent en ce moment, de la difficulté d’être soi-même. Il parle beaucoup d’amour, de la déchéance, de la pauvreté. Je crois que l’on peut être soi-même tout en regardant le monde, en s’y intéressant.

Propos recueillis par
Martine Bernier (printemps 2008)

( 22 novembre, 2009 )

Jean-Pierre Coffe: L’élégance du coeur…

images2.jpeg

Jean-Pierre Coffe est connu pour ses colères, ses indignations devant certaines inepties, alimentaires ou autres, du monde moderne. Ecrivain, il a signé une trentaine d’ouvrage, touche à la radio, au théâtre, est chroniqueur dans l’émission de Michel Drucker « Vivement Dimanche ».
Le public sait moins que, derrière le personnage public, se cache un homme de coeur, d’une élégance rare, pour lequel l’entraide n’est pas un mot inconnu.

- Vous avez une relation très particulière avec la Suisse..
Mes premiers souvenirs me viennent de ce pays. Je suis né en 1938, à Lunéville. Mon père a été tué pendant la guerre. Ma petite enfance a donc été difficile. Après la guerre, la Croix-Rouge a invité des orphelins en Suisse. J’ai été accueilli dans le Jura, chez la famille Fleury. C’était dans une ferme, dans laquelle il y avait des vaches, des porcs, des chevaux, des lapins… Je m’y sentais tellement bien que, de retour chez moi, je me suis fait passer pour malade pour y retourner. Finalement, je suis resté presque deux ans chez eux. C’est là que j’ai développé mon goût pour les aliments simples, mais de qualité.
Aujourd’hui, j’ai un cep de vigne à mon nom à Denens, en Suisse, ce village qui a un festival d’épouvantails. Et chaque année, les gens qui s’en occupent m’envoient une bouteille du vin qu’ils en ont tiré. Ce qui me touche beaucoup…

- Au début des années 1970, vous avez créé une association: « Les Grands-Mères au pair ». De quoi s’agissait-il?
J’ai toujours aimé les gens, et j’avais envie d’accomplir une belle action. Le but de cette association était de placer des personnes âgées dans des familles pour les vacances, de leur permettre de changer d’air, de voir du pays. Plus de 5000 personnes ont pu en profiter. J’étais soutenu financièrement par le Ministère des Affaires Sociales. Puis nous avons changé de ministre, et le budget n’a pas été renouvelé.

- Fin de l’expérience?
Ce sont pas des gens riches qui accueillaient les grands-mamans. Il fallait bien payer les billets pour leur permettre de voyager… Pendant quelque temps, j’ai financé l’association de mes propres deniers, puis j’ai fait faillite et j’ai dû arrêter. Mais ça a été une très belle expérience.

- Le goût des autres, en revanche, ne vous a pas quitté…
C’est vrai. Je ne vis pas à la campagne par hasard. Je rencontre des gens sur les marchés. Ce n’est pas signer des autographes qui m’amuse. En général, j’apprends toujours quelque chose, je découvre beaucoup avec les personnes que je rencontre. Elles me parlent de sujets que je ne connaissais pas et cela me plaît beaucoup.

- Dans votre émission de radio « Ca se bouffe pas, ça se mange », vous avez pris souvent position. Parfois même sur des sujets où vous n’étiez pas attendu. Je pense notamment à la nourriture dans les prisons.
Oui. En 2007, nous avons reçu une lettre d’un auditeur qui purgeait une peine de prison, et qui a attiré notre attention sur l’alimentation en milieu carcéral. Je me suis rendu sur place et j’ai consacré une émission au sujet. Pour améliorer leur ordinaire, les détenus peuvent « cantiner », c’est-à-dire acheter de la nourriture. Mais on leur propose tellement de sucreries que beaucoup d’entre eux, y compris chez les femmes, sont obèses. Cela méritait d’en parler.

- Vous menez plusieurs combats depuis des années, notamment sur les conséquences de l’agriculture intensive, les prix trop élevés de l’industrie alimentaire, et de nombreux autres sujets d’utilité publique. Avez-vous le sentiment que les choses évoluent dans le bon sens?
Si je vous dis non, je vais paraître trop modeste. Mais dire oui serait prétentieux. Ce qui me dérange, c’est le fait que je sois très seul à mener ce combat. Je serais en Suisse, je serais acoquiné à un journal de consommateurs car ils ont le mérite d’être indépendants. Les Suisses ont une conscience citoyenne, civique, de l’importance de l’alimentation. En France, j’ai l’impression que cela ne préoccupe pas grand monde. La vache folle a révélé que l’on peut mourir en mangeant. Il y a encore tellement à faire…
Le Projet Nutrition Santé (PNS) s’attarde sur le fait que environ 22% de la population française est obèse, ce qui va poser un véritable problème économique. Qu’il faut prendre en mains sérieusement.

www. jeanpierrecoffe.com

NB: Il faut remettre cet article dans son contexte. Si Jean-Pierre Coffe y parle autant de la Suisse, c’est parce que ce texte était destiné à un journal helvétique.

( 22 novembre, 2009 )

Jean-Claude Dreyfus: Un Saltimbanque raffiné

images13.jpeg
Nous le connaissons tous, au moins de nom ou de visage. Il fait partie de ces acteurs qui « marquent ». Qui peuvent même impressionner tant leurs prestations ont pu nous faire frissonner. Ce fut son cas, notamment dans le rôle du boucher du film « Delicatessen », ou dans la pièce « L’hygiène de l’assassin », d’Amélie Nothomb.
Dans la réalité, Jean-Claude Dreyfus est un homme délicieux. Taillé en armoire à glace, il joue de son physique, de sa voix, de son regard et semble perpétuellement s’amuser.
Dans son pied-à-terre parisien, il fait preuve d’une gentillesse et d’une… délicatesse infinies. Mieux encore: cet étonnant personnage au sourire moqueur et au regard énigmatique fait partie de ceux qui se donnent la peine de vous rappeler après la sortie d’un article, pour vous remercier. Ecrivant un petit mot ensuite pour vous envoyer ses voeux de bonne année… « amitieusement », comme il le dit si bien!
Ciel, un merveilleux OVNI!

- Le public vous connaît comme acteur, mais vous ne vous contentez pas de cette unique activité… Vous êtes en fait quelqu’un de très atypique.
C’est vrai, on peut dire cela. J’ai commencé comme illusionniste. Mon père avait une revue « Art et Sana », pour les personnes tuberculeuses. J’ai commencé là.
Puis je me suis produit au cabaret de la Grande Eugène pendant sept ans. J’ai fait l’Ecole du Spectacle, puis du théâtre, en Provence. Nous donnions même la parade dans les petits villages! En fait, j’ai tout fait de A à Z!

- Aujourd’hui, vous êtes acteur, mais vous chantez également.
Oui. J’ai beaucoup travaillé avec Armande Altaï, que le public a redécouverte grâce à la Staracademy. Mon ancien tour de chant s’appelait « De porc en port ». Un petit clin d’oeil à l’amour que je porte aux cochons. Le suivant s’intitulait: « Jean-Claude Dreyfus chante, en toute sobriété ». Mon dada, c’est la diversité. J’aime tourner, chanter, écrire, jouer au théâtre. J’aime bien la liberté…

- Une liberté qui vous a, jusqu’ici, découragé d’appartenir à une compagnie théâtrale. Vous avez même été jusqu’à refuser une place à la Comédie Française?
Parce que, là encore, j’aime pouvoir changer de théâtre, travailler avec d’autres personnes, garder ma liberté de choix. Mais, notez, il n’est pas exclu que j’accepte leur proposition à l’avenir. Simplement, pour le moment, je ne suis pas prêt.

- Vous êtes un homme abordable, généreux de votre temps. Quel regard portez-vous sur votre métier?
D’un côté, je pense que les acteurs sont tous un peu exhibitionnistes. L’exhibitionnisme des sentiments, de soi-même, le plaisir de ne pas être dans la vie de tout le monde. C’est un des côtés fascinants de cette profession. Je peux, au gré des rôles, être avocat, boucher… Je vis des bribes de vie par procuration…
D’un autre côté, on est au théâtre pour offrir des histoires qui vont vous faire rêver, qui vous apporteront des émotions.
Je joue pour le public. Mais pas n’importe comment. On ne doit pas lui proposer ce que nous pensons qu’il peut avoir besoin. Ce serait une énorme erreur.
Certaines chaînes de télévision vont au-devant d’un audimat. Le théâtre pas. Il propose un amalgame de plusieurs éléments: un auteur, des partenaires de scène, un texte…
Et les spectateurs choisissent de venir ou pas. J’aime les gens. Ils me servent dans tout ce que je fais. Leurs réactions doivent juste être un peu canalisées lorsque certains dépassent les limites.

- Comment ressentez-vous la critique?
Mal! Plus qu’être douloureux, c’est horriblement ennuyeux, car cela nous empêche d’avoir un très bon dossier de presse et, donc, de pouvoir assurer une bonne tournée avec une pièce si celle-ci a été éreintée par la critique.

- Vous avez beaucoup écrit sur le cochon, animal que vous aimez. Vous possédez d’ailleurs une collection sur ce thème de 4000 pièces.
Oui, au départ, mes amis m’en offraient en faisant référence à mon soi-disant caractère de cochon. Depuis, je me suis assagi, mais je me suis attaché à cet animal amitieux et sensible. Sa forme me touche. J’aimerais écrire un roman autour du cochon. J’en ai déjà quelques pages. Mais mon véritable plaisir serait d’écrire une autobiographique qui ne parlerait pas de moi…

(photo: Eric Bernier)

( 22 novembre, 2009 )

Jean-Pierre Coffe: « C’est en Suisse que j’ai formé mon goût »

images1.jpeg

Ardent pourfendeur de la « malbouffe », Jean-Pierre Coffe se bat depuis toujours afin de rendre leurs lettres de noblesse aux bons produits du terroir. Rencontre, à Paris, avec un homme de cœur.

À la sortie des studios de RTL où il vient de terminer l’enregistrement de l’émission « Les Grosses Têtes », Jean-Pierre Coffe est là, ponctuel au rendez-vous fixé. Une élégance sans artifices, et des lunettes dotées d’énormes montures bleues, signent le personnage. C’est dans un petit restaurant chaleureux que ce chantre de la nourriture saine et néanmoins goûteuse confie: « Mes premiers souvenirs me viennent de Suisse. Je suis né à Lunéville, en 1938. Mon père a été tué à la guerre. Ma petite enfance a été très difficile. Après la guerre, la Croix-Rouge Suisse a invité des orphelins dans votre pays. J’y suis allé, dans la famille Fleury, à St-Ursanne. Là, je vivais dans une ferme, où il y avait tous les animaux que l’on trouve dans une vraie ferme: des vaches, des cochons, des chevaux, des poules, des lapins etc. Je m’y suis senti tellement bien que j’ai fait semblant d’être malade pour pouvoir revenir. J’ai passé presque deux ans chez eux. C’est là que mon goût pour les bonnes choses s’est formé. Aujourd’hui encore, je défends les bons vins suisses. Certains sont délicieux. En règle générale, je préfère le vin blanc. La Suisse a un rôle prépondérant dans l’évolution du vignoble savoyard. Il s’était un peu laissé aller et, lorsque les Suisses se sont mis à produire du bon vin, les Savoyards ont pris peur et se sont repris en main. »

Homme de cœur et de combats

Tout en parlant, l’homme jette un regard dans l’assiette de son voisin. Celui-ci a laissé de côté le gras de son jambon cru. Réaction immédiate et navrée: « Mais… vous avez laissé le meilleur! C’est de la bonne graisse… de la graisse animale! Tenez, goûtez cette tranche de saucisson… »
De Jean-Pierre Coffe, on connaît les combats contre l’agriculture intensive et la malbouffe, ses engagements pour l’enseignement du civisme et du goût à l’école, ou la réhabilitation des marchés et des petits commerces, son indignation face aux aberrations culinaires et autres de notre société. Le réduire à ses coups de gueule serait pourtant lui faire injure. Pudique, l’homme est un homme de cœur. Un vrai. Le public l’ignore souvent, mais c’est lui qui, à la fin des années 60, a créé l’association « Grands-mères au pair » destinée à placer des personnes âgées dans des familles pendant les vacances. Allant jusqu’à investir ses propres deniers dans l’aventure, pour prendre le relais du Ministère des affaires sociales. Sept mille personnes ont ainsi pu partir grâce à lui.
Le complice de Michel Drucker est ainsi: une personnalité forte et bouillante, mais une véritable tendresse et un respect des autres, un sens de l’écoute, une générosité discrète. Alerté par un prisonnier sur la mauvaise qualité de la nourriture dans les prisons, il s’est déplacé pour vérifier l’information sur place et consacrer une émission au sujet. L’écouter parler, avec son langage direct, de l’univers sordide de ces détenus dont l’espoir s’arrête aux murs de leur prison, est édifiant…

« Faites simple! »

Cet homme kaléidoscope est un écrivain prolifique. Il a écrit 37 livres, essentiellement consacrés à la cuisine et au jardin. Son dernier ouvrage « La véritable histoire des jardins de Versailles » montre de lui une passionnante facette d’érudition.
Entre deux ouvrages et deux émissions de radio ou de télévision, lorsqu’il se retrouve chez lui, en dehors de Paris, Jean-Pierre Coffe aime toujours s’occuper de son jardin. Il s’agit d’un potager d’un hectare qu’il a confié aux bons soins d’un jardinier, mais dont il assume la taille. Il cuisine également, des plats conviviaux, pour sa famille et ses amis. « J’adore les plats qui mijotent, comme la blanquette. Il faut conseiller aux maîtresses de maison de ne jamais servir un menu qu’elles n’ont pas eu l’occasion d’essayer auparavant. Il faut toujours proposer des plats avec lesquels on se sent parfaitement à l’aise, pour être sûr de les réussir. »

Martine Bernier

Et pour Noël, M. Coffe?

Cette année, à Noël, comme le voyage à Madagascar qu’il espérait entreprendre a dû être déplacé, Jean-Pierre Coffe recevra chez lui « les chiens perdus sans colliers ». « Je préparerai le plat le plus simple, de la blanquette de veau ou du bœuf bourguignon. Ils m’évitent de devoir passer mon temps en cuisine, je peux rester avec mes invités. Et, en dessert, je servirai, comme chaque année, une charlotte aux pommes. Des tranches fines de pommes, que vous disposez dans un moule à charlotte, bien tassées. Toutes les quatre ou cinq couches, vous mettez du caramel blond et de la cannelle. Vous remplissez jusqu’en haut. Puis vous la mettez à cuire 1h30 au bain marie et, ensuite, 1h30 au four avant de démouler. C’est un régal ».
À écouter ce fin gourmet détailler sa recette, on le croit sur parole…. À en avoir envie de faire partie, pour Noël, des chiens perdus sans collier.

DEGUSTATION IMPROVISEE

Impossible de rendre visite à Jean-Pierre Coffe en arrivant les mains vides. Dans les miennes: trois fromages typiquement suisses et deux vins, qu’il a dégustés dans une atmosphère de quasi recueillement, humant chaque produit avant de le goûter.
Son verdict:
- Vacherin fribourgeois: « C’est un fromage magnifique, très riche, très onctueux, avec un très beau gras. Il est parfumé, avec une réelle richesse aromatique, un goût herbacé très frais. »
- Etivaz: « Celui-ci est vraiment très bon! Le grain de sel commence à remonter. Il n’est pas salé, mais son goût est incroyablement riche. C’est là que l’on peut constater l’importance de la nourriture consommée par les vaches. Le fromage, comme le lait qui sont produits ensuite sont d’une qualité incomparable. »
- Gruyère mi-salé: (soupir d’aise…)  » Il a un petit goût d’étable très particulier… Délicieux… Sa texture est beaucoup plus fine. L’apparition du sel est plus marquée. »
- Dezaley Médinette 2006, Domaine Louis Bovard: « J’adore les vins blancs. Celui-ci a une belle concentration. Il se marie parfaitement avec le fromage. C’est un vin de convivialité. J’aime beaucoup… »

( 22 novembre, 2009 )

Pierre Arditi: « Je suis un enfant du bitume »

images4.jpeg

Je l’ai rencontré à Grenoble, voici trois ans, alors qu’il était en tournée. Accessible et aimable, Pierre Arditi a accepté de se prêter au jeu des questions pour un hebdomadaire romand axé sur les loisirs et l’environnement. Né à Paris, l’acteur a, avec la nature, un rapport occasionnel mais respectueux. À quelques jours de son arrivée en Suisse, il révèle un côté méconnu de sa personnalité.

Salon d’un hôtel de Grenoble. Pierre Arditi apparaît. Courtois, disponible, doté d’une intelligence percutante, il parle sans se faire prier de la tournée qui le mènera dans le canton de Vaud au mois de mai. « Lunes de Miel », où il partage l’affiche avec son épouse Evelyne Bouix, propose un scénario vaudevillesque. Un homme et une femme, autrefois mariés et passionnément amoureux, découvrent qu’ils séjournent dans le même hôtel alors qu’ils sont chacun en lune de miel avec leurs nouveaux conjoints. Une comédie qu’accueillera, en mai, le Théâtre du Jorat.

CAMPAGNE MAL-AIMEE
Lorsqu’il est en tournée, le comédien reste plusieurs jours dans la même ville. Une bonne occasion, pour ce pur Parisien, de renouer avec la province française. « Je suis né à Paris où j’ai vécu dans un quartier proche du jardin du Luxembourg. Je suis un véritable enfant du bitume. Pendant très longtemps, j’ai même détesté la campagne. Quand j’étais enfant, mes parents m’y avaient placé pour un séjour. Dans mon esprit, la campagne est devenue synonyme de séparation, de mort. Il a fallu que j’attende d’avoir 40 ans pour me mettre à l’aimer réellement. Mais la ville n’est pas dénuée de nature. Le cycle des saisons s’observe aux arbres, un peu trop rares, c’est vrai, que l’on y rencontre. Juste après avoir terminé mes cours de théâtre, j’ai travaillé en province, plutôt que d’attendre des propositions à Paris. À Marseille, j’ai apprécié la mer. Et à Lyon, il ne fallait pas faire beaucoup de chemin pour sortir de la ville. Ce qui me changeait de Paris où, pour la quitter, il faut passer par la périphérie, puis par la périphérie de la périphérie! »

BATAILLON DE CHATS
Si la nature est réellement rentrée dans la vie de l’acteur lorsqu’il a atteint l’âge adulte, les animaux, eux, ont trouvé plus tôt leur place dans sa vie. « A l’époque, quelqu’un a offert un chat à la personne avec qui je vivais. Un siamois colour point, très mignon. De fil en aiguille, nous avons fini par en avoir treize, dont beaucoup étaient des chats de gouttière. À part quelques petites anicroches de temps en temps, tout ce petit monde s’entendait très bien. Nous en avons placés, peu à peu, chez des personnes qui les adoraient. L’un d’eux s’est ainsi retrouvé à l’Hôtel des Invalides. Il griffait les fauteuils, se pendait aux rideaux et faisait toutes les bêtises possibles. Mais son nouveau propriétaire le laissait tout faire, et le chat a régné en souverain sur son nouveau domaine. »

SISSI IMPERATRICE
Plus tard, avec son épouse, Evelyne Bouix, qui a toujours eu des chiens, Pierre Arditi adopte Sissi, une chienne labrador. Celle-ci vit dans la maison que le couple possédait alors dans le Midi de la France. « Nous nous y rendions très souvent. À chaque fois, c’était la fête! Elle dormait dans notre chambre, nous suivait partout… C’était une chienne merveilleuse. De temps en temps, quand elle nous manquait trop, nous la ramenions à Paris. Elle était heureuse, mais nous sentions qu’elle manquait d’espace pour courir. Elle est morte à l’âge de onze ans. Ça nous a beaucoup affectés, ma femme et moi. Nous nous étions attaché à elle comme à un enfant. Nous n’avons pas repris de chien ensuite. Parce que nous ne sommes pas prêts à revivre un tel chagrin. »

ANIMAUX HUMANISES
Si l’acteur estime qu’il se ressource en pratiquant son métier, il aime également se rendre avec sa femme dans leur maison de Ramatuelle. Il décrit la vue sur la Méditerranée, le panorama presque vierge de fils électriques, le paysage qui rappelle celui de la Toscane, avec la mer en toile de fond… « Malheureusement, je pense que nous allons vendre la maison. J’ai trop de travail. Nous avons moins de temps pour y aller. »
Dès 1993, Pierre Arditi prête sa voix grave aux « Chroniques de la Terre Sauvage », une série de documentaires dont chaque épisode, scénarisé, se déroule sur un continent différent.  » Pour la première fois, on prêtait des émotions aux animaux. Cela les humanisait et les rendait très attachants. Ces documentaires ont remporté un succès fou, dont on me parle encore aujourd’hui. »

« OGM: PRUDENCE! »
En 2003, soucieux de son environnement, le comédien a accepté de se joindre à un collectif regroupant des artistes, des scientifiques, des élus et d’autres citoyens. Ceux-ci, par le biais d’une pétition, dénonçaient notamment les disséminations d’OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) dans l’environnement. « Je ne suis pas contre les recherches en la matière. J’estime qu’il faut soutenir le progrès, et je dénonce ceux qui s’attaquent aux laboratoires. Ces recherches contribueront peut-être un jour à améliorer le problème de la faim dans le monde. Mais je suis contre la culture des OGM dans des champs, parce que nous ne savons pas vraiment quels risques peuvent en découler. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec les moyens utilisés par les militants anti-OGM, j’estime que leur action est nécessaire. »

Aujourd’hui, le comédien s’apprête à retrouver le public Suisse avec plaisir:  » J’aime travailler dans votre pays. Beaucoup de Suisses viennent me voir lorsque je joue à Paris, également. Ça a toujours été un public épatant: délicieux, bienveillant, intelligent et vif! »

Martine Bernier

( 22 novembre, 2009 )

Brigitte Bardot:

downloadedfile.jpeg

J’ai appris que, tout dernièrement, Brigitte Bardot a sauvé la vie d’un taureau en le rachetant à l’abattoir de St Etienne dont il s’était évadé. Il s’agit pour la star de lui offrir une retraite paisible, sans risque de finir dans nos assiettes.

On dit et on pense tout et n’importe quoi de Brigitte Bardot. Il y a deux ou trois ans, je l’ai interviewée par téléphone, à propos d’un sujet extrêmement chaud, à l’époque. Il s’agissait de cette pratique barbare qui consistait à utiliser des chiots vivants comme appâts pour la chasse aux requins, à la Réunion. La fondation Brigitte Bardot était partie en croisade, elle en tête. Une pétition avait été lancée par ses soins. Ayant eu entre les mains des photos montrant ces chiens torturés, j’avais proposé à mon rédacteur en chef de consacrer un article au sujet, histoire de sensibiliser l’opinion publique suisse.

Il avait accepté sous réserve que j’arrive à obtenir une interview de l’ex actrice. J’ai donc pris contact et elle a accepté.

Une personne de son secrétariat a organisé l’entrevue téléphonique. Je devais l’appeler à un moment bien précis. Un peu avant de le faire, je l’avoue, j’ai été troublée. J’avais lu sa biographie, j’étais au courant de la volée de bois vert qu’elle avait reçu suite à ses confessions sur sa façon de vivre sa maternité. Je connaissais son parcours, je savais les polémiques qu’elle suscitait en raison de ses sympathies politiques et des prises de position extrêmes qu’il lui arrivait de prendre. Bref, tout en ayant l’impression d’aborder un mythe, je savais également qu’elle était bien loin de l’image lisse et guimauve de ses débuts.

J’ai appelé. Sa voix ressemblait à ce qu’elle a toujours été. Avec ce phrasé particulier. Je l’ai remerciée d’avoir accepté de me parler, et j’ai tout de suite abordé le vif du sujet. Nous étions sur la même longueur d’ondes. Impossible, pour toute personne aimant un peu les animaux, d’accepter d’en voir traiter avec une telle cruauté. Notre conversation a été assez longue. Nous avons débordé du sujet, et nous avons parlé d’elle, de son combat, de ses découragements, parfois. L’interview a tourné en conversation. Elle m’a interrogée, elle aussi. Au bout de dix minutes, elle m’appelait par mon prénom, m’expliquait qu’elle souffrait énormément de la hanche, que vieillir est une chose horripilante… Elle m’a proposée de venir la rencontrer à Genève, peu après, alors qu’elle allait soutenir Weber dans un de ses combats.

Quand j’ai raccroché, j’avais mon opinion sur cette femme hors norme. Une opinion qui n’a pas changée depuis. Bien sûr, je ne l’ai rencontrée que sur certains sujets, et nous n’avons parlé à aucun moment de points polémiques. Mais j’ai eu au bout du fil une femme courageuse, exaspérée de voir le peu de respect que certains êtres humains peuvent avoir pour les animaux. Elle était dégoûtée, indignée. Au cours de ses différents combats en faveur de la cause animale, elle en a vu et entendu de toutes les couleurs. Elle a dû s’endurcir, apprendre à riposter, à se défendre, à tenir bon.

On peut ne pas être d’accord avec elle. De mon côté, en ce qui concerne l’énorme travail qu’elle a accompli pour améliorer le sort des animaux, je lui voue un profond respect. Elle a du cran, de la ténacité, et ne craint pas de monter au front. Elle aurait pu poursuivre sa carrière artistique, continuer à être cette femme qui a fait fantasmer des génération. Elle a choisi une autre voie. Difficile d’être plus passionnée qu’elle… Une passionnée efficace.

Je connais au moins un taureau qui partage mon avis.

 

Martine Bernier

|